Catégorie : questions

L’être se risque dans l’œuvre (questions pour une poétique vivante)

Chaque position, matin ou soir – assis, debout, couché – aucune n’est confortable. En poésie moins encore. Et ce devrait être inévitable… En témoigne Gilbert-Lecomte, des quatre « Phrères » du Grand Jeu celui qui s’enfiévra le plus largement… Aussi, celui qui a gagné la course, parti le premier, un an avant Daumal. On sent encore d’ici, en le lisant, l’affreux domptage auquel il a du se livrer pour nous abreuver de sa métaphysique essentielle. Le « simpliste » se regardait vivre de l’intérieur. C’est devant son miroir qu’il se fabriquait, chaque matin, qu’il se recréait. C’est devant son miroir aussi, qu’il s’évitait, retardait(…)

De la notion de « projet » et son application pratique

Cela peut rapidement devenir une obsession: publier, collaborer, imprimer. Écrire, certes aussi… Mais ça en deviendrait presque secondaire ! C’est une course en avant ; l’activité de l’écrivain, même lorsqu’il ne s’agit pas pour lui d’en vivre est devenu un combat de tous les instants. Il subsiste toujours deux genres d’écrivains, le suractif, et celui qui se fait rare. Mais la tendance générale, évidemment encouragée par l’utilisation intensive des réseaux sociaux, est au projet, tous azimuts. Ici, vous verrez des publications éparses, voire timides, qui témoignent de notre incapacité à suivre ce mot d’ordre, pour notre plus grand malheur car il y(…)

Défilement vers le haut