L’os dans le nez

Aussi vrai qu’Haïti et la France ont la même devise

Découvrir un extrait

Mars 2022

  • Aure Meury
  • L’os dans le nez
  • Dessin de couverture : Aure Meury
  • 116 pages ; 14 x 19 cm ; broché
  • 16 euros

commandez en ligne ou contactez-nous sur milagro.edition(at)gmail.com pour utiliser un autre moyen de paiement (chèque et espèces)

Livraison à domicile sous 10 jours

Livraison en librairie sous 3 à 10 jours

Livraison à domicile sous 10 jours

Tous nos livres ici

Nous ren­trons ici dans une ima­ge­rie par­ti­cu­lière d’un flot ver­bal drôle et inédit. Il sou­ligne des confu­sions insen­sées, des flux d’affects ingou­ver­nables que la nar­ra­trice domine par la conscience à la fois dou­lou­reuse et jouis­sive de son récit. Le tout entre poly­pho­nie fami­liale irrai­son­nable et mono­logue inté­rieur.
C’est là le défi de la plus “belle” pul­sion poé­tique qui soit. Par la fic­tion, elle donne forme à l’informulable.
Existe donc là un opéra — enten­dons une ouverture.

Jean-Paul Gavard-Perret

(lire la chronique entière)

C’est à un voyage dans la psyché auquel nous convie le poème de Aure Meury. Car on voit par transparence dans le texte, un paysage accidenté, fragmenté et épars. C’est bel et bien une circumnavigation à laquelle nous livre cet épithalame, celui de la noce de la poétesse avec son écriture. Le monde en tout cas questionne, cette création questionne. Mais je n’arrive pas à me départir de cette idée du périple intérieur. Ce monde reste sujet aux flux psychologiques, à des porosités entre le réel et l’imagination, monde ambigu donc, fait de parallèles entre différentes images inexplicables, en somme de la poésie. Ce monde instable arrive à se dire dans une prosopopée individuelle et originale, celle de l’écrivaine comprise comme absente à elle-même.

Didier Ayres

(lire la chronique entière)

Défilement vers le haut